Conférence - Dr Madeleine Johnson : La Thérapie Holistique Chez Le Peuple Banen

Conférence - Dr Madeleine Johnson : La Thérapie Holistique Chez Le Peuple Banen

  • Camer.be Avec Association Hisendji : Issa-Behalal
  • 28 Mar 2018
  • 827

Le centre Albert Camus à Montpellier, en France,  va servir de cadre, le 14 avril prochain, à une Conférence-débat animée par madame Madeleine Johnson, sous le thème « Rites sacrificiels africains : cas des Banen du Cameroun ». 

ɛmbάkά utumbe, nemɔ nά buhύíti ó bɔ

S’il y a une pratique que les colons et missionnaires n’ont pas pu abolir chez le peuple banen, c’est celui des rites sacrificiels de purification et d’expiation. Ces derniers étaient qualifiés de bizarres, barbares, sauvages et même parfois de démoniaques pour ne pas dire sataniques ….  Selon eux, ils n’avaient, rien de positif dans les domaines thérapeutique, socio-culturel et politico-économique…

En ce qui concerne le domaine religieux, il faut indiquer qu’on trouvait pourtant déjà chez les Banen certaines valeurs du christianisme, en particulier, la notion du péché. Le Péché expose l'individu à un danger éventuel, danger qui, ne peut être conjuré que par l'effusion du sang. 

Vouloir éradiquer les rites sacrificiels des Banen comme les missionnaires occidentaux ont essayé de le faire, c’est tout simplement éradiquer l'ensemble des connaissances orales, la préparation et l'utilisation des techniques, des substances (végétal, minéral, etc.) et des pratiques inexplicables et explicables qui font l’identité de ce peuple. 

Il est établi que depuis toujours, les médecins traditionnels africains utilisent de façon naturelle les principes simples pour faire recouvrer la santé et soigner les maladies souvent très complexes que l’on appelle les CBS (culture bounds syndromes ou « folk-illnesses »). 

De manière générale, la médecine traditionnelle traite les maux que la médecine moderne n’arrive pas à soigner. Elle applique les grands attributs que la thérapeutique moderne a eu le mérite de formuler à partir du 20ème siècle comme étant la « médecine DES 4P »raquo; c’est-à-dire : prédictive, personnalisée, préemptive et participative ou encore la « médecine DES 5P », le cinquième attribut étant la pertinence (aux yeux du patient, au regard de la pertinence des traitements proposés et suivis) et enfin la médecine holistique. 

Présentée sous cette forme, cette catégorisation succincte néanmoins, existante des attributs dans la médecine africaine, ne saurait être faite ainsi, pour la simple raison fondamentale qu’elle place toujours, non seulement l’individu ou l’Homme dans sa totalité au centre de toute préoccupation thérapeutique, mais également, elle se propose de soigner la santé et non la maladie. Indéniablement, la santé d’une personne pour les Banen, est loin d’être une question purement médicale, car conditionnée par les facteurs sociaux et environnementaux.

C’est ici que la notion de soin de la globalité, c’est-à-dire corps-esprit, de la totalité trouve sa signification : celle de soin holistique ou thérapie holistique.
Face à la crise du système de santé que traverse la médecine moderne, l’ethnobotaniste M. Johnson estime que la médecine traditionnelle africaine est plus qu’une alternative crédible, car elle peut en plus apporter une contribution significative pour sortir le système de santé de cette impasse.

Dr. M. Johnson offre l’occasion aux Montpelliérains de découvrir et de débattre sur cette thérapie holistique que le peuple banen pratique depuis la nuit des temps. C’est également une occasion de venir soutenir son projet sur la valorisation et la sauvegarde du Patrimoine Immatériel Banen.

  • Partager