Gabriel Manimnen : De Grandes Ambitions Pour Le Port De Kribi

Gabriel Manimnen : De Grandes Ambitions Pour Le Port De Kribi

  • L'Equation : Inès MEBENGA
  • 24 Apr 2018
  • 420

Gabriel Maninbem, administrateur directeur général de l’Agence de Prestations Maritimes (APM) Cameroun et Tchad, est aussi le président du Groupement Kribi Port Multiple Operators (KMPO). C’est ce groupement, composé de neuf entreprises camerounaises, qui a été désigné en 2015 pour l’exploitation du terminal polyvalent du Port de Kribi.

Parmi ces neuf entreprises à capitaux entièrement camerounais, l’on retrouve : APM, CAM TRANSIT, COPEM, GLOBAL OUTSOURCING, GROUPE 2M, SAPEM, STAR, TRANSIMEX et 3T CAMEROUN. Depuis 2011, les membres du KMPO, groupement qui existe depuis 2013, opèrent environ 70% du volume de marchandises du terminal polyvalent du Port de Douala et sont spécialisés dans divers domaines. Notamment dans les opérations maritimes et portuaires, le transport multimodal et les opérations douanières.

Que ce groupement ait donc été désigné pour l’exploitation du terminal polyvalent du Port de Kribi est une grande première en Afrique, disait Gabriel Maninbem. Non sans apporter des détails supplémentaires sur ce qu’il qualifia de « grande victoire pour entrepreneuriat national » au lendemain du choix du gouvernement : « Évidemment c’est une grande victoire, l’épilogue d’un long feuilleton entamé le 13 novembre 2013, quand le gouvernement a lancé un appel à manifestation d’intérêt en vue du partenariat pour l’exploitation et la maintenance du terminal polyvalent du port en eau profonde de Kribi, appel qui a reçu un écho favorable car plusieurs multinationales y ont répondu. Après une première sélection, cinq entreprises ont été sélectionnées et le 06 mai 2014, un appel d’offres restreint a été lancé pour le même objet. Au terme du dépouillement, trois entreprises ont été choisies et le 29 août 2014 un additif a été adressé aux entreprises sélectionnées. Le 26 août dernier, notre groupement a été retenu. Comment ne pas être satisfait après avoir remporté une bataille comme celle-là contre des multinationales de renom? Il faudra préciser ici que la sélection était rigoureuse et a respecté les normes en vigueur en cette matière.

L’entrepreneuriat national se trouve ainsi honoré, surtout que ces neuf entreprises locales ont accepté de se mettre ensemble pour pallier le handicap de toujours: celui du manque des moyens financiers conséquents », déclarait-il. Ainsi donc, la préférence nationale ayant prévalu lors du choix du concessionnaire du terminal polyvalent du Port de Kribi, sa joie était légitime : « Pour une fois que des compétences nationales se sont mises ensemble pour rivaliser avec les multinationales… Personne ne vendait cher notre peau, car dans le subconscient des Camerounais les entreprises locales sont incapables et les Camerounais manquent d’expérience. C’est pour cela que notre première tâche a consisté à expliquer aux autorités le bien-fondé de notre démarche, car nous ne comprenions pas pourquoi, avec toutes les prouesses que nous réalisons à Douala – environ 70 % du trafic du port conventionnel est manipulé par les entreprises de notre groupement – nous serions incapables de faire la même chose à Kribi, surtout qu’il s’agit d’un port déjà équipé », s’exprimait-il.

Et en matière de prouesses, Gabriel Manimbem ne le dit pas si bien car l’Agence de Prestations Maritimes (APM) Cameroun et Tchad est le leader dans le secteur de la logistique. Créée en 2004, l’objectif de l’APM aujourd’hui est de satisfaire ses clients et autres partenaires dans le respect des normes, procédures et règles à travers le savoir-faire d’un personnel qualifié et hautement motivé. Avec deux missions fondamentales : œuvrer pour donner une place prépondérante aux nationaux dans les métiers de la logistique d’une part. Et placer l’hygiène, la sécurité et la protection de l’environnement au centre de ses préoccupations d’autre part.

Et concernant l’avenir du Port de Kribi sur lequel l’économie camerounaise fonde de grands espoirs, l’administrateur directeur général de l’APM nourrit de grands espoirs : « Notre échec à Kribi serait indéfendable. Aujourd’hui, le Port de Kribi a un linéaire de quai de 615 mètres, avec un tirant d’eau de 16 mètres. Il sera le complément idéal du port de Douala. La mise en service de ce port viendra fluidifier le trafic maritime de notre pays en diminuant le temps d’attente des navires et surtout en accueillant des navires gros porteurs. Le coût de transport va considérablement baisser et les industries auront moins de soucis dans leur approvisionnement. Cette embellie ira en s’améliorant surtout quand nous arriverons à la phase 2 avec 715 mètres de plus de linéaires de quai », déclare-t- il.

  • Partager