object(PDO)#5 (0) { } array(1) { ["path"]=> string(51) "/UserFiles/file/article/Michel-Michaut-Moussala.jpg" } CAMEROUN-La police scelle les bureaux de Aurore Plus de Michel Michaut Moussala

Association des banen du benelux

La police scelle les bureaux de Aurore Plus de Michel Michaut Moussala
La police scelle les bureaux de Aurore Plus de Michel Michaut Moussala
La police scelle les bureaux de Aurore Plus de Michel Michaut Moussala
La police scelle les bureaux de Aurore Plus de Michel Michaut Moussala
La police scelle les bureaux de Aurore Plus de Michel Michaut Moussala
La police scelle les bureaux de Aurore Plus de Michel Michaut Moussala
La police scelle les bureaux de Aurore Plus de Michel Michaut Moussala
La police scelle les bureaux de Aurore Plus de Michel Michaut Moussala
La police scelle les bureaux de Aurore Plus de Michel Michaut Moussala
La police scelle les bureaux de Aurore Plus de Michel Michaut Moussala
CAMEROUN-La police scelle les bureaux de Aurore Plus de Michel Michaut Moussala

La police scelle les bureaux de Aurore Plus de Michel Michaut Moussala

David Nouwou 12 Mai 2016

Les ennuis du journal de Michel Michaut Moussala sont liés à la sanction du Conseil national de la communication (Cnc)

La  Nouvelle Expression a appris hier en fin d’après midi vers 16h locales, que des scellés ont été apposés sur les portes du siège de Aurore plus au quartier Bonadibong à Douala. Joint au téléphone, Georges Ndenga, le secrétaire de  Rédaction du bihebdomadaire paraissant à Douala, nous a précisé que l’expédition a été menée par le commissaire  de police principal, Moumie Salifou du commissariat central n°1 de la capitale économique du Cameroun. 

Il venait alors exécuter un message porté n° 061/2016/Mp/019/Sp du 9 mai 2016 signé du préfet du département du Wouri, Naseri Paul Bea, «qui lui aussi  exécutait une instruction venue de Yaoundé». Selon le secrétaire de rédaction, la journaliste, Aimée Catherine Biloa, était seule dans la salle de rédaction à l’arrivée des flics. Elle a été sommée de sortir, afin que les bureaux soient scellés. La journaliste qui a tenté de résister, parce qu’elle voulait d’abord arrêter les machines, a été embarquée manu militari pour le commissariat central n°1 où elle a été entendue sur procès-verbal. Contactée après sa libération provisoire vers 18h, elle a indiqué à La Nouvelle Expression qu’elle a refusé de signer le procès-verbal d’audition, parce qu’il n’était pas conforme à ses déclarations.

On se rappelle  depuis  mars 2016, Aurore Plus était sous le coup d’une suspension du Conseil national de la Communication. Il y a quelques jours, son directeur de publication, Michel Michaut Moussala, a été convoqué au Cnc. Parce qu’il  disait avoir plusieurs titres à exploiter, conformément à la loi en vigueur. Il  a opté pour  l’utilisation d’un autre titre, Aurore qui, lui, peut continuer de paraitre. Une question juridique.

Espace Membre

Enregistrement & Mot de passe oublié

Prochaine réunion 28-Oct-2017 à 17H00

Vidéo
liens utiles

Réclame

Mot de passe oublié
Enregistrement