Association des banen du benelux

Les albinos demandent plus de considération
Les albinos demandent plus de considération
Les albinos demandent plus de considération
Les albinos demandent plus de considération
Les albinos demandent plus de considération
Les albinos demandent plus de considération
Les albinos demandent plus de considération
Les albinos demandent plus de considération
Les albinos demandent plus de considération
Les albinos demandent plus de considération
CAMEROUN-Les albinos demandent plus de considération

Les albinos demandent plus de considération

JEAN AREGUEMA 20 Jun 2016

Ils appellent les populations à tenir compte de leurs particularités.

Du fait des nombreux préjugés dont ils sont victimes, les albinos subissent au quotidien des frustrations. Dépourvus de mélanine dans leurs corps, ils sont dans la plupart des sociétés, marginalisés. Ils sont ainsi traités de tous les noms d’oiseau. Un regard péjoratif qui n’épargne pas les albinos vivant dans l’Extrême-Nord. Pis, dans la région, certaines considérations socioculturelles et ancestrales militent en faveur du rejet des albinos. 

«Nous sommes stigmatisés dans nos propres familles, mais aussi par la société. Quand un albinos nait, il y a un rejet. Dans beaucoup de familles, des parents n’acceptent pas les albinos. Les enfants nés albinos sont maltraités, parce qu’on les considère comme les enfants de maman. Généralement, on accuse la femme d’avoir triché», fulmine Talaka Aïssatou. La présidente de l’association pour la promotion des albinos au Cameroun (Apac), branche de l’Extrême-Nord, est très amère quand elle parle de la situation des albinos. 

Dans le souci de changer le regard de la société sur les albinos, afin de leur donner plus de considération, l’ONU a créé la journée internationale de sensibilisation à l’albinisme dont la première édition s’est célébrée le 13 juin 2015. Cette année, la deuxième édition a été célébrée le 13 juin dernier sous le thème : «Albinos et handicap ». A Maroua, l’occasion a réuni des albinos venus des différentes localités des régions de l’Extrême-Nord et du Nord. Au cours de la rencontre qui avait pour cadre le cercle municipal de Maroua, plusieurs activités ont meublé cette journée. 

Conférence-débat et projection d’un film intitulé «l’enfant, c’est l’enfant», un court métrage de 28 minutes qui sensibilise sur les particularités des albinos. La principale activité aura été la rencontre animée par le Dr Mindjemé, médecin et Dr Aoudi Dalil, ophtalmologue, sur les principaux problèmes cutanés et oculaires des albinos. Les peaux et les yeux de ces personnes à part entière ont maille à partir avec le soleil et la chaleur. «Les principaux handicaps des albinos sont les problèmes de peau et des yeux. En dehors de cela, ils ont les mêmes capacités mentales et intellectuelles que les autres personnes », explique Dr Mindjemé. 

Du fait de l’absence de mélamine dans leurs organismes, les albinos sont exposés à certaines maladies cutanées. Aussi, sont-ils majoritairement myopes. D’où la nécessité, voire l’obligation pour eux, de se procurer certains produits cosmétiques pour le maintien de leurs corps en santé. «Les albinos ont besoin des crèmes solaires pour la santé de leurs peaux. Mais on n’en trouve pas ici à l’Extrême-Nord. Il faut passer la commande à Yaoundé, ou Douala. Mais elles coûtent chères. 

Une crème solaire coûte 17 000 Fcfa. Il n’est pas donné à n’importe quel albinos d’acheter ces crèmes solaires. C’est notre principale difficulté», regrette Talaka Aïssatou. Malgré leurs difficiles conditions de vie, la présidente de l’Apac, branche de l’Extrême-Nord, indique qu’avec l’instauration de la journée internationale de sensibilisation à l’albinisme, le regard de la société sur les albinos est en train de changer. Elle réclame qu’ils soient davantage bien considérés par la société. 

Espace Membre

Enregistrement & Mot de passe oublié

Prochaine réunion 25-Mar-2017 à 17H00

Vidéo
liens utiles

Réclame

Actuellement en ligne

Mot de passe oublié
Enregistrement